Encierro txiki et moins txiki

Fils est très fier. Avec sa tenue de festayre taille 6 ans, il va courir son premier encierro txiki. Dans la main, il a même une page de Sud-Ouest roulée pour essayer de toucher les toros en carton. Zorione et Ttale trouvent fils très beau. Ils sont serrés l’un contre l’autre, plus que la foule des parents attendant le départ ne le rend nécessaire. Les petits attouchements doux et précis de Ttale font leur effet et la chaleur qui envahit l’intimité de Zorione ne doit rien à la température extérieure.
« Ils courent vers la place du réduit en passant par les halles ? » questionne doucement Ttale
« Oui » acquiesce Zorione les yeux brillants
« Donc, si on coupe par la rue Bourgneuf, on arrive avant eux ? »
« Oui » l’encourage-t-elle
« Et le code d’accès de l’immeuble de Pantxika, tu te le rappelles ? »
« 1154*, cela ouvre sur un couloir sombre, aveugle avec une minuterie difficile à trouver » souffle Zorione.
Et le départ de l’encierro txiki est donné. Des centaines d’enfants en blanc et rouge, poursuivis par les toros à roulettes, s’élancent vers la rue Pannecau tandis que Zorione et Ttale , après un dernier regard vers fils, remontent en courant la rue Bourgneuf, tapent le code « ouf, il n’a pas changé », pénètrent dans le couloir aveugle, se donnent mutuellement accès à leurs intimités, partent dans une cavalcade effrénée, Zorione les mains contre la porte, Ttale, accroché à sa croupe relevée, burinant avec rythme et puissance, Zorione part la première « comme toujours dans cette position », Ttale la rattrape, ils se réarrangent, rouvrent la porte, finissent la rue en sprintant main dans la main, arrivent place du réduit comme les premiers enfants déboulent et se placent sous l’arbre repère juste comme fils arrive, très fier : « J’ai bien couru, je suis tout essoufflé ».
« Nous aussi » répondent-ils en riant.

1 commentaire:

Prax a dit…

Oui, les parents ont aussi une vie sexuelle.
(Pour rassurer les partisans de la cause animale, les taureaux en carton ne souffrent pas)
(Pour rassurer les associations de protection de l'enfance, les enfants ne souffrent pas non plus)