Odeur

Machine à café, 10 heures, conversations
- Vagina, non ?
- Plutôt vulva, de l’odeur féminine en flacon ?
- Oui, un truc comme ça.
- Oh, je dirais plutôt vulga, j’ai vu leur site de vente en ligne, c’est d’une vulgarité prétentieuse.

Eustakio laisse dire, rire. Il se débarrasse de son gobelet, disparait dans les toilettes, se lave les mains et se décalotte lentement. Le subtil mélange des fragrances qu’il a fort précautionneusement conservé sous son prépuce lors de la douche matinale après sa nuit d’amour partagée avec Garoa réveille ses sens mieux que ne pourra jamais le faire un parfum de synthèse.

5 commentaires:

Prax a dit…

Le subtil mélange des fragrances d'une nuit d'amour partagée !
OK, cela a déjà été posté mais je ne m'en lasse pas.

Prax a dit…

Et non, il n'y a pas de lien vers le site vulgaire vendant de l'odeur de femme en flacon.

AuReLiLy a dit…

Et Clitoridia?? :)

Prax a dit…

ça pourrait être un nom aussi mais je ne sais pas si c'est compréhensible dans toutes les langues

le plébéien bleu a dit…

Miaouuuuuuuuuu