Nuit

Les nuages lourds retiennent la nuit plus longtemps que d’habitude. L’immeuble de bureaux, déserts et inutiles à cette heure, se dessine à peine plus sombre que l’air ambiant. L’unique petit carré de lumière du rez-de-chaussée attire l’œil du conducteur trop matinal qui ne peut s’empêcher de voir Geraxina et Mantxo, côte à côte derrière la même table, avec des sourires radieux incompréhensibles dans cette noirceur mais qui éblouissent, remplissent et emmènent très loin.

4 commentaires:

Prax a dit…

C'est quand même un handicap de voir des histoires d'amour partout.

Martin Lothar a dit…

Ah c'est très beau ! Ils ont joué au billard toute la nuit hein ?

La sorcière a dit…

Un handicap ?
Mmmm... Moi j'aimerais bien avoir ce genre d'handicap.

Car ce sont des histoires de fesses que je vois partout. Vachement moins fleur bleue.
Vachement moins joli.

Prax a dit…

martin : une table, une queue, des boules, oui, c'est du billard

sorcière : ma myopie explique peut être le handicap