Assaut de civilité (3)

Ramuntxo travaille dans une des agences immobilières qui vendent aux parisiens télévisuels les appartements de la côte que les basques ne peuvent plus se payer. Cela l’occupe beaucoup et lui rapporte des commissions intéressantes. Ramuntxo habite un trois pièces et est particulièrement content de l’association d’aide à la personne qui lui envoie une femme de ménage. Dans son jogging informe, cette dernière assure repassage, aspirateur, sanitaires en son absence et en toute discrétion. Ramuntxo la regarde à peine lorsqu’il signe une fois par mois la feuille de présence. Il ne saurait même pas décrire la couleur des yeux d’Estebenia.

Estebenia passe une fois par semaine dans l’appartement de Ramuntxo. Elle a négocié quatre heures mais y arrive très bien en deux heures et demie ce qui lui laisse suffisamment de temps pour, dans la chambre de Ramuntxo, enlever son jogging informe, s’allonger nue dans l’odeur d’homme, prendre le temps de se donner du plaisir en utilisant parfaitement son index, partir, rêvasser en se caressant les aréoles, utiliser nettement plus de doigts pour repartir dans un orgasme parfait, s’essuyer le buisson avec un des caleçons BD ridicules de Ramuntxo, faire le lit impeccablement, prendre une douche, faire briller la salle de bains, renfiler son jogging informe et quitter l’appartement.

8 commentaires:

La Sorcière a dit…

Et pourquoi a-t-il besoin d'être aidé ?
Un trois pièces... Tout de même !
Il pourrait se servir de son service tout seul.

Prax a dit…

Gagner de l'argent, cela occupe.

Anonyme a dit…

Et Estebenia s'occupe bien il est vrai.

La Sorcière a dit…

Le Net a frappé...
Pourquoi apparais-je anonyme ?
C'est dur de sombrer, dans l'oubli.

Prax a dit…

Sombrer est un joli mot, en fait.

La sorcière a dit…

Joli, parce qu'il sous-entend la perte de maîtrise ?

jalexis a dit…

Ah ah ! Revanche sociale !

Prax a dit…

Ce n'est pas impossible en effet