Botanique

Les magnolias sont en fleurs. Depuis une semaine, Maxingo descend du bus avant ou après son arrêt. Parfois bien avant. Parfois bien après. A pied, il fait des détours par les rues, les parcs, son regard attiré par les arbustes aux branches couvertes de rouge, de rose, de blanc, de violet. Maxingo cueille ou ramasse, c’est selon.

Depuis une semaine, chaque soir quand tout est fini, Sorina s’ouvre. Elle frisonne au contact végétal du nuancier que Maxingo dépose près de son intimité. Mais trop roses, trop veinés, trop rouges, trop pâles, les magnolias peinent à s’approcher de la subtilité des pétales de Sorina. « Celui-ci» s’enthousiasme soudain Maxingo. « Pourpre foncé, à peine veiné, c’est lui, c’est la bonne couleur ».

Le lendemain, Maxingo sait « Ce sera donc du Liliflora Nigra devant notre entrée ».

1 commentaire:

Crudite&fleurbleue a dit…

Les botanistes puristes feront remarquer, à raison, que lorsque pétales et sépales sont indifférenciés, on parle de tépales.