Dessert

Après une soirée bien remplie à servir des touristes avides de xuleta(*), d’omelette à la morue et d’ardi gasna(**), Kosepa et Ttale quittent la cidrerie et rentrent chez l’un ou chez l’autre. Douche partagée et suite variable mais jamais en menu du jour, toujours à la carte. Cette nuit, c’est Kosepa qui choisit : « Juste le dessert du berger basque » annonce-t-elle.
« Tu n’en as pas assez servi ce soir ? » interroge Ttale filant vers le réfrigérateur chercher le pot de confiture de cerises noires.
« Ça se consomme sans faim » rétorque Kosepa.
Ttale revient un peu dépité « Je n’ai plus de confiture »
« Ce n’est pas grave » déclare Kosepa en attirant la tête de Ttale vers le soleil sous son nombril, « avec ou sans confiture de cerises noires, la délicatesse basque recommande d’user du bout de la langue pour débusquer le petit noyau ».

(*) Xuleta : côte de bœuf
(**) Ardi gasna : fromage de brebis (servi avec de la confiture de cerises noires cela devient le dessert du berger basque à la carte des cidreries)

4 commentaires:

cat a dit…

et quelle délicatesse .. et en prime pas de risque de trouver un noyau de cerise qui subrepticement pourrait être confondu avec un autre noyau !! :-)
cat

Prax a dit…

tu as raison, c'est plus prudent avec des gourmands !

slowalie a dit…

C'est bon aussi avec de la pâte de coing

Prax a dit…

Slowalie : oui, mais cela s'étale moins bien quand même