Ethiodanse

Sonnerie téléphone :
- Maika Bai ?
- Agur, c’est Pantxika. Alors, ta soirée du festival Ethiopiques, les concerts et spectacles en appartements, tu l’as vu danser tout près le beau Gaël ?
- Bai eta ez, ce n’était pas vraiment comme je le pensais, tu vois, je me disais, une création dans un appartement, il va danser pour moi toute seule dans le salon et après, dans un appartement, la chambre n’est jamais très loin du salon … il y avait des choses à faire.
- Et ?
- Et bien, déjà sur le programme il devait danser rue Bourbaki mais en fait il dansait rue Muscar.
- C’est à coté.
- Bai, mais je suis arrivé la dernière, il n’y avait plus de place dans le salon et j’étais dans le couloir, c’était un peu loin pour accrocher son regard.
- Ce n’est pas grave, il passait 3 fois si j’ai lu le programme.
- Bai, alors à la deuxième séance, premier rang, assise par terre, il ne pouvait pas le rater mon décolleté.
- Et ?
- Il met une telle énergie dans le moindre de ses gestes ! J’étais tout près, je les captais tous les kilowattheures distribués. Et son corps sec, tout en muscles, toujours en mouvement !
- Tu craquais Maika ?
- Complètement. Alors, 3ème séance, même place et un bouton de moins au décolleté. Et il brule, et il se donne, il y a de l’énergie partout, partout. Et quand il finit, je le regarde et je vois qu’il a tout donné, qu’il est vidé et qu’il n’en a plus, lui, de l’énergie.
- Et ?
-Ben, un corps d’homme sans énergie … j’étais moins emballée.

5 commentaires:

Prax a dit…

Maika est bien trop exigeante avec les hommes.

Sorgina a dit…

Non, Maika n'est pas "trop".
Elle est femme, simplement.

txita a dit…

Gaël danse vendredi, donc Maika a plusieurs occasions de montrer son décolleté au hasard d'autres spectacles, alors qu'il sera désoeuvré et plein d'énergie. Et peut-être la déploiera t'il en pensant à elle, vendredi?

Arnaud Maïsetti a dit…

... 4ème séance, maintenant...
(c'est en fait un stratagème subtile de Gaël pour déboutonner sans effort le chemisier de Maïka... un malin, ce Gaël...)

Prax a dit…

Sorgina : une femme entière donc !
Txita : c'est ça, donne lui des idées !
Arnaud : je n'avais pas vu ce coté là. Un malin donc le danseur.