Rindy Sam (2)

Vous rappelez vous de Rindy Sam qui avait transformé une escroquerie boboïste (une toile vierge sans rien du tout) en un truc mignon (un bisou au rouge à lèvres) ?





L'experte (l'escroc femme : escroque ?) chargée de faire disparaitre l'affront subi a facturé plus de 18 000 €. (du rouge à lèvres, cela s'enlève avec quoi ? de la poussière de diamant mélangée à de la poussière d'or et du Channel N°5 ?)

10 commentaires:

Sorgina a dit…

Lèvres Rouges sur peau blanche c'est pourtant charmant.
Mais l'appât du vert billet est souvent plus admiré.

Nadège a dit…

Selon le discours actuel, c'est le regard du spectateur qui fait l'œuvre. Cette personne était donc dans le vrai puisqu'elle s'est appropriée cette espace qui lui était réservé.
L'art contemporain serait-il paradoxal ?

Prax a dit…

sorgina :rouge, blanc, vert , tu deviens vraiment basquaise

nadège : je pense que tu es dans le vrai avec l'appropriation

Arnaud Maïsetti a dit…

peut-être y avait-il autre chose que du rouge aux lèvres à faire disparaître ? Peut-être que l'experte s'est laissée un peu emporter à la vue de ce rouge que maculait le blanc virginal - et que...
(non ?)

Berthoise a dit…

ça fait cher le coup de chiffon.

Prax a dit…

arnaud : j'aime bien tes débuts d'histoires

berthoise : bai, il y a de jolis métiers.

la Mère Castor a dit…

J'ai vu cette expo l'an dernier juste avant le coup de rouge, je l'ai beaucoup aimée. La toile blanche, pas plus, mais le reste oui.
On a fait beaucoup trop de bruit pour un petit bisou, et la somme est exorbitante, si je peux me permettre.

Prax a dit…

mèrer castor : enfin un témoignage de première main. Je n'y connais rien en rouge à lèvres mais la somme m'apparait également comme une escroquerie.

madame de K a dit…

Oui mais un baiser, ça s'efface pas comme ça ! Un baiser, un vrai, plein d'amour et de désir, ça reste gravé pour toujours, c'est indélébile !

Prax a dit…

mme de K : un baiser comme tu le décris, cela n'a pas de prix.